jeudi 9 janvier 2014

Mon souhait pour l’année 2014

Je viens de lire dans le journal Le Progrès-Dimanche du 5 janvier dernier, un article qui porte à réflexion « L’art d’être bon parent est tout à fait récent » du psychologue Yves Dalpé.

Dans cet article, on y précise que c’est seulement au 20e siècle avec la naissance de la psychologie moderne que les besoins affectifs des enfants ont commencé à être considérés, avant ils étaient complètements niés, presque partout dans le monde. Je cite un extrait : «  L’art d’être bon parent est tout à fait récent, et encore aujourd’hui, la plupart des enfants sont maltraités dans la majorité des pays du monde. Plus on recule dans l’histoire et plus on s’éloigne des sociétés occidentales actuelles, plus la probabilité est grande d’y trouver des abandons d’enfants, de la violence, des abus sexuels et des assassinats d’enfants. » 
 
Nous constatons une très lente évolution du traitement des enfants. Nous sommes passés de la période de l’infanticide où 50% des enfants étaient tués par leurs parents, à celle de battre les enfants au sang comme méthode efficace d’éducation, puis à la période de punition. « Il a fallu attendre au 19e siècle pour qu’on introduise la socialisation des enfants de façon plus décente. Et c’est seulement au 20e siècle, qu’on peut parler d’un mode d’aide des enfants. » 
 
« Comme la santé mentale de l’adulte est tributaire du traitement vécu durant son enfance, on voit bien que l’humanité sort à peine d’une misère affective extrême. »

Mon travail auprès des enfants depuis de nombreuses années vise à donner à l’enfant sa place en tant qu’être humain pour :
  • qu’il grandisse en étant conscient du trésor qu’il a à l’intérieur de lui qui fait son unicité. Trésor qu’il a à découvrir, explorer, dégager, actualiser et à faire rayonner;
  • qu’il apprenne à faire des choix constructeurs pour sa vie;
  • qu’il s’engage sur la route de la réussite de sa vie, direction bonheur en faisant de lui un humain plus responsable, plus équilibré, plus libre et par conséquent plus heureux.
Il pourra construire avec les années une société personnalisante où la place est accordée à la personne humaine et à son déploiement.

Mon souhait pour l’année 2014 c’est qu’il y ait de plus en plus d’éducateurs (parents, enseignants, intervenants sociaux, etc.) soucieux, sensibilisés et engagés à la cause des enfants et à l’impact de l’éducation de ces derniers sur notre société.

Le programme À la découverte de soi propose cette éducation aux enfants par la découverte de leur monde intérieur et est un outil extraordinaire pour tout éducateur intéressé à les guider dans cette direction BONHEUR.

Il ne faut pas oublier que les enfants sont les adultes de demain.

Danielle Savard